Moi, je vote... blanc

9791091032261 VOBLA

Cet ouvrage fait partie de la réédition complète des œuvres de Pierre Gope, auteur majeur de la Nouvelle-Calédonie, entreprise par les Presses universitaires de Nouvelle-Calédonie et différents partenaires dont la Mission aux affaires culturelles.

Texte établi par Dominique Wittorski.

Plus de détails

Prix :

1 750 XPF

Frais de port

Conseils du libraire

Détail produit

SupportLivre neuf
AuteurPierre Gope
ÉditeurPUNC
GenreThéâtre
Date2022-12
CollectionLa-Ni
TagsPierre Gope, théâtre, dramature kanak, politique, Nouvelle-Calédonie
FormatFormat 12,5 x 20 cm, broché, 68 pages
EAN 139791091032261

En savoir plus

Deux jeunes kanak, Louze et Rasta, perdus dans les brumes cannabiques, tentent de comprendre quels peuvent bien être l’enjeu et le projet de l’élection à venir, le 1er référendum d’accession à la pleine souveraineté. Ils se présentent au « 1er congrès du front pour l’unité », espérant bien trouver quelques réponses à leurs questions et calmer leurs doutes. Ils sont bientôt suivis par l’Aîné, un esprit, qu’ils ont accidentellement sorti de son mausolée à cause de l’emprunt hasardeux du drapeau kanaky qui l’ornait. Qu’apprennent-ils ? La rouerie ? L’absence de scrupule ? Le néant intellectuel ? L’art de la reculade ?
Écrite en 2018, la trentième pièce de Pierre Gope est une satire sans concession. Elle nous plonge dans la préparation et le déroulement du congrès indépendantiste qui précède le premier des trois référendums qui ont marqué les années 2018-2021. Le dramaturge nous livre une galerie de portraits, guère brillants, d’hommes investis en politique. Du fourbe au manipulateur, du cupide à l’imbécile, en passant par le lâche et le traître, la pièce ne met pas en scène les meilleurs sentiments du monde. La peinture politique du camp indépendantiste égratigne, voire ridiculise, tout un microcosme. Mais par la grâce d’une écriture qui mélange drôlerie et gravité, Pierre Gope convoque un « revenant », qui semble sortir d’un mythe kanak, telle la figure d’un commandeur. Il est le spectre d’une classe politique qui fut grande et engagée, et il assène quelques vérités bonnes à entendre.