Agrandir l'image

Nouvelle-calédonie, chroniques sanglantes

Douze histoires vraies Portes océanes n° 29

9782343068541 CHSAN001

Au travers de ces Douze histoires vraies, Jerry Delathière nous plonge dans le passé de la Nouvelle-Calédonie. On retrouve l'histoire des colons pénaux, des libérés, des travailleurs immigrés, des aventuriers de tous poils, venus un jour se forger un autre destin sur cette terre des antipodes. On se trouve face à des criminels sans foi ni loi, face à la réalité de faits horribles, tels qu'ils se sont passés et qui mettent en évidence une mémoire violente.

Plus de détails

Prix :

3 550 XPF TTC

Frais de port

Détail produit

Support Livre neuf
Auteur Jerry Delathière
Éditeur L'Harmattan
Genre Nouvelles
Date 2015-08
Collection Portes océanes
Tags histoire,Nouvelle-Calédonie,assassinats,crimes,criminels,travailleurs
Format Format 13 x 21,5 cm, broché, 220 pages
EAN 13 9782343068541

En savoir plus

« Il me semble que Jerry Delathière renoue avec une entreprise ouverte par Michel Foucault et Jean Genet, qui est de raconter la vie des hommes et des femmes infâmes. L'infamie est la vie des hommes et des femmes ordinaires sortis de l'ombre du monde - autre nom des prisons, des bagnes, des réclusions et assignations à résidence - rendus visibles et lisibles par les travaux sur les archives pénales, judiciaires et policières. Jerry Delathière est un des rares intellectuels et historiens caldoches à connaître à la fois avec précision l'histoire et la culture kanak et l'histoire sociale de la transportation. Il sait de quoi il parle et il en parle avec humour. L'auteur calédonien écrit avec responsabilité, pris de l'intérieur par les devenirs et destinées de la Nouvelle-Calédonie, son pays, sa terre natale d'exilé devenu acteur calédonien impliqué. La description minutieuse des crimes et assassinats souvent morbides séduira les lecteurs amateurs de littérature populaire. L'auteur n'invente rien. Ces douze mémoires sanglantes sont douze épisodes des histoires de l'infamie que l'écrivain extirpe de l'oubli. » Hamid Mokaddem