Nidoïsh Naisseline, de coeur à coeur

9782367340890 NACOE

Chef coutumier, militant indépendantiste à l'origine des « Foulards Rouges », figure de la vie politique et économique de la Nouvelle-Calédonie, Nidoïsh Naisseline aura marqué son époque autant que les mémoires. Ce troisième ouvrage d'entretiens réalisé par Wallès Kotra nous ouvre non seulement le c½ur d'un homme d'exception tant par son rôle au sein de la coutume kanak que par le parcours qui le conduisit au côté de Jean-Marie Tjibaou et au sein des instances décisionnelles de la Nouvelle-Calédonie. Un parcours de chef, de décideur, mais aussi d'homme, sensible, profond, interrogeant perpétuellement le présent et l'avenir. Cette voix constitue aujourd'hui une mémoire essentielle et inédite qui résonnera encore longtemps en Nouvelle-Calédonie mais aussi auprès de tous ceux qui...

Plus de détails

Prix :

1 950 XPF TTC

Frais de port

Détail produit

SupportLivre neuf
AuteurWallès Kotra
ÉditeurAu vent des îles
GenreMémoires, témoignages, biographies
Date2016
CollectionSociété
TagsMare,Nouvelle-Calédonie,Nidoish,Guahma,Foulard rouge,leader kanak,LKS
FormatFormat 13 x 21 cm, broché, 198 pages
EAN 139782367340890

En savoir plus

Revenant sur le parcours personnel du fondateur du mouvement intellectuel et indépendantiste kanak, les « Foulards Rouges », ces entretiens avec Nidoïsh Naisseline apportent un éclairage original sur l'histoire comme sur l'évolution de la Nouvelle-Calédonie contemporaine. Ils sont encore une invitation à réfléchir aux enjeux politiques, sociaux, environnementaux des pays anciennement colonisés et dont les populations tentent de faire survivre leur culture et leurs traditions dans un monde globalisé.Nidoïsh Naisseline est né en 1945 à la tribu de Nece à Maré. Il est le fils d'Henri Naisseline, grand chef du district de Guahma et homme politique kanak qui rejoignit les rangs gaullistes dans les années 1940. S'il succède à son père en 1973 à la tête de la chefferie, il se démarque très tôt de son engagement politique. Sensible à l'idéologie d'extrême gauche, il s'inscrit dans la mouvance indépendantiste et fonde les « Foulards Rouges » en 1969.Élu à l'Assemblée territoriale dès 1977, il poursuit ensuite sa carrière politique, créant en 1981 le parti de Libération kanak socialiste (LKS), dissidence modérée du Parti de libération kanak (PALIKA). En 1988, il fait partie des signataires des accords de Matignon-Oudinot puis est élu à l'Assemblée de la Province des îles et au Congrès de la Nouvelle-Calédonie.En 2007, il transmet la responsabilité coutumière de la grande chefferie de Guahma à son fils puis, en 2014, après plus de trente années d'implication au sein des institutions calédoniennes, Nidoïsh Naisseline se retire de la vie politique. Il s'éteint à Nouméa le 3 juin 2015 des suites d'une longue maladie.