La démocratie massacrée (occasion)

Nouvelle-Calédonie, témoignage

DEMAS

Ouvrage épuisé, éditions Pygmalion, 1998.
Très bon état général.

Investi de responsabilités de commandant supérieur des forces armées de Nouvelle-Calédonie de 1984 à 1988, le général Franceschi a vécu en direct toutes les péripéties nationales et internationales de la crise calédonienne. Il nous livre ici son témoignage

Reproduit in extenso dans l'ouvrage, le texte de l'accord de Nouméa du 21 avril 1998.

Plus de détails

Prix :

2 500 XPF TTC

Frais de port

Conseils du libraire

Détail produit

SupportLivre d'occasion
AuteurMichel Franceschi
ÉditeurPygmalion
GenreMémoires, témoignages, biographies
Date1998
CollectionHistoire
TagsAccord de Nouméa, indépendance, Evenements, referendum, Kanaky
FormatFormat 15 x 24 cm, broché, 432 pages

En savoir plus

En contradiction avec les accords de Matignon de 1988, l'accord de Nouméa du 21 avril 1998 institue à terme l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie. Cet accommodement d'appareils politiciens se trouve en totale opposition avec la volonté des habitants de ce territoire de se maintenir dans la République, exprimée sans équivoque à chaque consultation électorale, et notamment à une écrasante majorité, Mélanésiens compris, lors du référendum d'autodétermination du 13 septembre 1987. Présenter l'événement sous les traits lumineux d'un consensus historique relève de la pure désinformation. L'accord de Nouméa souffre, en effet, d'une ambiguïté foncière. Les deux protagonistes, RPCR et FLNKS, en donnent dès sa naissance une interprétation diamétralement opposée : pour le premier, l'indépendance du Territoire s'éloigne à jamais ; pour le second, elle est désormais assurée dans un avenir relativement proche. Alors, marché de dupes ? Plutôt habile mystification visant à dissimuler une nouvelle déroute du Droit et la défaite finale de la France. Indispensable à une saine compréhension de l'actualité calédonienne, ce témoignage capital du général Franceschi explique sans ambages ce « détournement organisé de suffrage universel » et permet de comprendre l'inexorable processus qui a conduit, de faiblesses en renoncements, à la situation présente.