Sculpture

Des oeuvres anciennes aux créations contemporaines

SCULP01

Repérer l’arbre ou le roc, le tailler, le sculpter pour obtenir la forme parfaite ; l’orner de délicats motifs pour le relier au divin… Ils étaient sculpteurs, tahu’a ou tuhuna, artisans spécialistes dans l’art de créer en conciliant les dieux, les objets liés au prestige, au sacré, à la guerre, aux fêtes ou au quotidien. Tous ces artéfacts étant nécessaires au bon fonctionnement de la société. Objets trophées, ici échangés ou vendus, là pillés, ils gagnèrent bientôt les collections des cabinets de curiosités. Très recherchées, ces œuvres majeures dont la valeur artistique est reconnue, sont aujourd’hui exposées dans les plus grands musées du monde. Elles fascinent par l’élégance de leurs formes, la noblesse de leur matière, le mystère de leurs motifs.
Un...

Plus de détails

Prix :

4 200 XPF

Frais de port

Détail produit

Support Livre neuf
Auteur Collectif
Éditeur Au vent des îles
Genre Art
Date 2023-09
Collection Culture Pacifique
Format Format 24,3 x 30 cm, relié, 216 pages

En savoir plus

Cet ouvrage offre une vision globale de la création sculptée des Polynésiens, depuis les plus beaux objets utilisés au XVIIIe siècle jusqu’aux productions du début du XXIème siècle. Jamais autant d’objets de tous les archipels de la Polynésie française, de la Société aux Marquises en passant par les Tuamotu, les Gambier et les Australes, n’avaient été présentés ensemble dans une publication. Découvrir ces chefs-d’œuvre anciens, permet d’appréhender le monde des sculpteurs experts, leurs outils, de détailler les matériaux, les formes et les motifs. Ces objets phares de la culture matérielle traditionnelle polynésienne sont visités par thème, mettant en évidence différences et ressemblances entre les archipels : la guerre et le jeu avec les armes, les tambours et les échasses ; le prestige des bâtons de commandement, des éventails, des chasse-mouches ou des pagaies cérémonielles ; le sacré et le divin célébrés par des sculptures taboues, anthropomorphes ou animalières et, le quotidien, par les plats, pilons, tabourets et appuie-nuques.

Référence originelle, cette sculpture n’a jamais cessé d’évoluer, s’enrichissant au fil des décennies des multiples contacts, des nouveaux matériaux et outils, des goûts et de l’intérêt des commanditaires et des utilisateurs. Le lien est ici enfin établi entre les productions des créateurs du XVIIIe siècle et celles des artisans du XXIe siècle, leurs héritiers. Car, à l’aide de leur gouge ou de leur fraiseuse, les sculpteurs polynésiens, fiers de leur culture singulière, participent aujourd’hui à tracer les contours d’une nouvelle identité qui tente de concilier héritage culturel et modernité.