Naissance et fondements de l'identité calédonienne

9791094708101 NAFON

Jean-Claude (dit Gaby) Briault, journaliste et ancien homme politique, s’interroge depuis longtemps sur l’identité des différentes communautés de Nouvelle-Calédonie. En 2011, il publie un premier essai intitulé « Caldiens », qu’il enrichit aujourd’hui avec cette analyse sur la naissance et les fondements de l’identité calédonienne.

More details

Price:

1 950 XPF tax incl.

Shiping cost

Accessories

Data sheet

Support Livre neuf
Auteur Jean-Claude Briault
Éditeur Briault Jean-Claude
Genre Critiques, analyses, essais
Date 2021-04
Tags Kanaky, indépendance, référendum, Caldoche, Kanak
Format Format 15 x 21 cm, broché, 78 pages
EAN 13 9791094708101

More info

Avec un grand père de Tessy-sur-Vire, un autre originaire de Hanoi, une grand-mère mélanésienne, une autre indonésienne, l'auteur né à Nouméa, se définit comme Calédonien.

Pour étayer sa thèse sur les fondements de l'identité calédonienne, il pose les principes suivants :

1- Les habitants de la Nouvelle-Calédonie sont les Néo-Calédoniens. Ces habitants sont eux-mêmes répartis en deux grands groupes sociaux : un groupe social pourvu d'une identité, les Kanak, et un groupe social représentant « les autres », non défini, et dont l'identité est niée au point que ce groupe est dénommé « non-Kanak ».

2- Au cours des récents référendums, les partis indépendantistes ont affiché le projet d'un pays dont le nom serait constitué de deux composantes : « Kanaky-Nouvelle Calédonie ». Ils répartissent ainsi ceux qui revendiquent l'identité Kanak dans « Kanaky », laissant logiquement « les autres », ceux qui ne revendiquent pas l'identité kanak, s'inscrire identitairement dans la composante « Nouvelle-Calédonie ».

Ainsi, les porteurs de l'identité kanak suggèrent que les « non-Kanak » sont les « Calédoniens ».

3- L'archipel néo-calédonien comprend ainsi deux groupes sociaux identitaires formant chacun un peuple :
• d'une part, les Kanak, dont la situation de premiers occupants est reconnue,
• et d'autre part, les Calédoniens, dont l'identité, synonyme d'enracinement, résulte d'une installation ultérieure.