La vie quotidienne en Nouvelle-Calédonie de 1850 à nos jours

VIQUONC-BRIA

« Il faut laisser grande ouverte la porte de l’immigration en répandant la nouvelle que la colonie regorge d’or... Quelques-uns risquent de se faire dévorer ? La belle affaire ! On ne colonise pas avec des enfants de chœur. » Ainsi s’exprimait prophétiquement le capitaine Maximilien Las Cazas en 1855 dans son rapport au ministre de la Marine et des Colonies. La colonisation du « Caillou » ne se fit pas seulement avec des colons-paysans, mais aussi avec des aventuriers, des missionnaires, des santaliers, des chercheurs d’or, des bagnards, des sucriers, des Chinois, des Malabars, des Polynésiens, des communards... une population hétérogène se constitua, entre les éléments de laquelle une coexistence précaire s’instaura, apparemment solide tant que parvenaient à la cimenter des intérêts...

Prix :

2 900 XPF TTC

Produit(s) en rupture de stock. Le panier sera transformé en devis.

Frais de port

Détail produit

SupportLivre ancien
AuteurSénès Jacqueline
ÉditeurHachette
GenreRécits
Date1985
TagsNouméa, Higginson, bagne, déportation, nickel, Ataï, colons Feillet
FormatFormat 13 x 20 cm, broché, 364 pages