Narcisse Pelletier

Naufragé aborigène

9782367342146 NAPEL

L’auteure examine comment l’extraordinaire histoire de Narcisse Pelletier, l’adolescent français devenu Aborigène : le « sauvage blanc », a marqué notre imaginaire en France. Des essais anthropologiques aux romans du XXIe siècle, elle s’interroge sur les différentes représentations inspirées par les deux vies de Pelletier.
Ce livre scientifique, documenté et accompagné de nombreux appendices (courriers, croquis, articles de presse, photographies…), se lit comme une enquête policière sincère et sérieuse. Il s’adresse à ceux que l’Australie, son histoire et son peuplement intéressent, mais aussi, plus largement, aux amateurs d’aventures et de destins humains hors du commun.

More details

Price:

2 950 XPF tax incl.

Shiping cost

Data sheet

SupportLivre neuf
AuteurStéphanie Anderson
TraducteurAnne Magnan-Park
ÉditeurAu vent des îles
GenreSociologie, anthropologie
Date2021
CollectionCulture océanienne
TagsHistoire, Australie, Aborigènes, naufragés
FormatFormat 14 x 22 cm, broche, 327 pages
EAN 139782367342146

More info

Tout comme le récit de naufragés rendus célèbres, l’histoire extraordinaire de Narcisse Pelletier captive notre imaginaire depuis cent cinquante ans. À ce titre, elle soulève de nombreux débats sur l’exactitude des faits et les perspectives idéologiques adoptées par ceux qui se sont attachés à raconter le périple du jeune mousse vendéen qui accosta au cap York (Australie) en 1858 où il fut recueilli par un clan aborigène Uutaalnganu. Pelletier, alors âgé de quatorze ans, fut adopté par une famille qui lui donna le nom d’Anco. Il épousa, à son tour, leur langue et leurs coutumes, il acquit progressivement leurs savoirs et savoir-faire, et fonda une famille. Lorsqu’il fut repéré par des Britanniques et rapatrié en France contre son gré dix-sept ans plus tard, il devint un résident-naufragé dans la Vendée de son enfance.

Que retenir de son histoire ? Comment la raconter ? C’est un travail méticuleux d’historienne que nous présente ici Stéphanie Anderson. En tandem avec l’anthropologue australien Athol Chase, elle documente et élucide les faits, y compris le témoignage de Constant Merland qui retranscrit ce que lui confia Pelletier peu de temps après son retour en France.